Hot News

La ville de Ouidah – Culture

2 mois ago
39

Benin-Ouidah, autre fois également appelée Juda, ville du Bénin, est une cité historique où se trouvent, entre autres, la Route de l’Esclavage, la Forêt Sacrée, le Temple de pythons, les temples Vodoun, les musées, les anciens comptoirs européens de commerce, les maisons à l’architecture brésilienne…, située sur la côte de l’Océan Atlantique, à 42 kilomètres de Cotonou la capitale économique du Bénin. Sa population est actuellement d’environ 80 000 habitants. Cette ville a été au XVIIIe siècle un des principaux centres de vente et d’embarquement d’esclaves dans le cadre de la traite occidentale.#HistoireL’histoire raconte que le chef Ahoho construisit dans ses champs proches de l’Atlantique une résidence secondaire champêtre pour s’y reposer. Dans la langue fon, Gléhoué signifie en effet « maison » (glé) « des champs » (xwé ou houé). Ce vocable sera perçu et transcrit différemment par les européens : Juda, Ajuda par les portugais (16e siècle), Fida par les hollandais (17e siècle), Whydah par les anglais (1681-1780) et Ouidah par les français (17e siècle).C’est sous le règne du huitième roi Kpassè du royaume de Xwéda qu’un paysan nommé Kpatè, en travaillant dans son champ près de la côte, aperçut sur la mer un navire. Il agita un pagne attaché au bout d’un bâton. Les marins portugais qui occupaient le navire, l’ayant remarqué, envoyèrent à terre une barque. C’est la première fois que l’on vit dans le royaume des hommes blancs aux oreilles rouges. Conduits à Savi auprès du roi, celui-ci leur accorda l’hospitalité en leur offrant vivres et cabris selon la tradition, les hôtes portugais offrirent en retour au roi tissus, miroirs et autres pacotilles.Le souverain leur permit de s’installer et de commercer avec son royaume. Plus tard, suivront les Anglais, les Hollandais, les Français…Ouidah est connue pour le rôle principal qu’elle a joué dans la traite des esclaves au cours des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, où presque un million de personnes a été embarqué sur des navires et, depuis la plage de Ouidah, transporté à travers l’Atlantique. À l’origine, pourtant, Ouidah (autrefois Gléwé) n’était qu’un petit village dans un petit royaume de Xwéda, qui parvenait à subvenir aux besoins de ses habitants grâce à l’agriculture, la chasse et la pêche dans les lagunes côtières – loin des dangers de la mer et des marées.La première rencontre entre Ouidah et les Européens eut lieu au cours du XVIe siècle. Même si la traite des esclaves le long de la Baie du Bénin débuta aussitôt après, ce n’est qu’à la fin du XVIIe siècle que les marchands européens commencèrent à acheter des esclaves au royaume de Xwéda à large echelle, en établissant des forts et des comptoires dans la ville de Gléwé. Ce commerce assurait la prospérité au royaume jusqu’au moment de son invasion militaire, en 1727, par le royaume du Dahomey : ses citoyens furent tués, capturés et dispersés et le commerce avec les Européens passa aux main des Dahoméens.Le développement rapide et prodigieux du royaume de Savi et de Ouidah en particulier suscita la convoitise du royaume frère le royaume Dahomey, moins favorisé et moins fortuné du fait de sa position enclavées à Abomey et sans accès à la mer. C’est ainsi, après une longue et méticuleuse préparation, le roi Agadja d’Abomey conquit le royaume de Savi, en 1727, en tuant par ruse Houffon, le dernier roi de Savi. Les citoyens furent, tués, capturés et dispersés et le commerce avec les Européens passa aux main des Dahoméens.La ville de Ouidah resta sous le contrôle des Dahoméens jusqu’à la colonisation de ces dernier par la France. La traite des esclaves fut extrêmement intense : vers le milieu du XVIIIe siècle la population de Ouidah atteignait le nombre de 10 000 habitants alors que l’économie était à son apogée.L’année 1818 a vu l’installation de Francisco Félix de Souza, connu par les Dahoméens sous le nom de Chacha, à la tête, au nom du royaume, de l’entreprise négrière. Ses descendants conservent jusqu’ aujourd’hui une position importante dans la société de Ouidah.Dans la mesure où les gouvernements européens dénonçaient la traite des esclaves comme brutale et injustifiable, le commerce négrier à travers l’Atlantique entrait dans son déclin. À la fin du XIXe siècle la ville de Ouidah commença à concentrer son activité économique sur l’exportation, beaucoup moins lucrative, de l’huile de palme. Alors même que le commerce négrier était bien à son déclin, commençait la répatriation de descendants des esclaves exportés vers le Nouveau Monde. Ils constituaient, pour la plupart, une troisième génération des réduits à l’esclavage au Brézil. De retour au Bénin (et particulièrement à Ouidah), ils apportèrent beaucoup de leurs coutumes et traditions. Aujourd’hui encore, plusieurs examples de l’architecture afro-brézilienne témoignent de cette période-là.Le royaume du Dahomey (y compris Ouidah) fut colonisé par les Français en 1902 ; en 1960, pourtant, il obtint l’indépendanceOuidah est le centre le plus important de la religion vaudou au Bénin et, probablement, dans le monde. En 1992, la ville accueillit le premier festival mondial consacré à l’art et à la culture du Vaudou. Par ailleurs, le jour du festival annuel du Vaudou à Ouidah, le 10 janvier, a été déclaré fête nationale.#beninenimage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Daily Quotes

Follow Us

Social Media Followers

Random Pick

Most Readed By Users